GY

M.A.S.P.A.

MOA  MASPA de Haute-Saône

MOE Mandataire  Cartignies-Canonica architecture
BET  AIC INGENIERIE / CHOLLEY
Etudes 2000/2001
Réalisation 2002/2003
Surface  H.O.N.  2 419 m²
Coût bâtiment H.T.  2 445 000  €
Coût V.R.D H.T.  Compris

 

Située à la limite du village, elle affirme sa présence tout en dialoguant avec les éléments architecturaux et paysagers qui l’environnent. La maison prend place au sein d’un enclos de pierre dominé par le château de Gy et ouvert sur la plaine.

Le bâtiment épouse la linéarité des courbes de niveau du terrain et s’implante en fond de parcelle en préservant un verger existant. Avec le jeu de pente présent sur le site, l’édifice offre en façade un simple niveau vers le château et deux niveaux vers la plaine, minimisant ainsi son impact visuel depuis la rue.

Située à la limite du village, elle affirme sa présence tout en dialoguant avec les éléments architecturaux et paysagers qui l’environnent. La maison prend place au sein d’un enclos de pierre dominé par le château de Gy et ouvert sur la plaine.

1/5

MAICHE

Pôle famille et aménagement du secteur de la Rasse

MOA  Commune de Maîche

MOE Mandataire  Cartignies-Canonica architecture
BET  AIC INGENIERIE
Etudes 2009/2010
Réalisation 2011/2012
Surface  H.O.N.  1 900 m²
Coût bâtiment H.T.  2 927 405 €
Coût V.R.D H.T.  Compris

 

Ce projet d’équipement intergénérationnel consistait à rénover et étendre le « foyer des anciens ». Le bâtiment existant souffrait d’un certain isolement et d’une implantation faite de remblais, sans rapport avec l’environnement. La création de ce pôle famille nous a d’abord semblé être l’occasion de mener une réflexion d’ensemble sur l’aménagement du secteur de la Rasse. A cette échelle, l’enceinte du château impose sa géométrie ;

l’aménagement proposé cherche donc à réinterpréter ce système existant. Les futurs édifices – maison médicale, centre commercial – sont intégrés dans un tracé qui vise à créer une certaine urbanité. Le même désir de mise en relation a guidé le dessin du bâtiment abritant le pôle famille. Il s’implante de façon à construire une cour-jardin, en articulation avec les édifices existants.

Ce projet d’équipement intergénérationnel consistait à rénover et étendre le « foyer des anciens ». Le bâtiment existant souffrait d’un certain isolement et d’une implantation faite de remblais, sans rapport avec l’environnement. La création de ce pôle famille nous a d’abord semblé être l’occasion de mener une réflexion d’ensemble sur l’aménagement du secteur de la Rasse. A cette échelle, l’enceinte du château impose sa géométrie ;

1/6

CONTREXEVILLE

Restructuration des thermes et ses abords

MOA  Commune de Contrexéville

MOE Mandataire  Cartignies-Canonica architecture
BET  EGIS BATIMENT
Etudes 2012/2013
Réalisation 2013/2014
Surface  H.O.N.  3 300 m²
Coût bâtiment H.T.  3 998 000 €

 

L’histoire de Contrexéville est intimement liée à celle de sa source depuis maintenant 238 ans. Dans le cadre de la restructuration de ses thermes, il nous fallait donc tenir compte de l’évolution non pas uniquement d’un bâtiment, mais d’une ville toute entière dont l’identité se réfère au thermalisme. Le projet s’inscrit en ce sens dans la continuité de l’étude pré-opérationnelle «Contrex XXIe siècle» menée par l’agence en 2006 et qui portait sur l’ensemble du territoire de la ville.

Le premier impératif était de retrouver une cohérence et une unité dans une construction qui avait subi de nombreuses mutations au fil des ans et s’était vue flanquée, au hasard des besoins, de multiples extensions. Il n’était plus possible de lire les thermes comme une entité, le lieu avait donc perdu beaucoup de sa prestance. Lier, dynamiser, redonner du sens et de la valeur aux thermes sont les objectifs principaux de l’intervention.

L’histoire de Contrexéville est intimement liée à celle de sa source depuis maintenant 238 ans. Dans le cadre de la restructuration de ses thermes, il nous fallait donc tenir compte de l’évolution non pas uniquement d’un bâtiment, mais d’une ville toute entière dont l’identité se réfère au thermalisme. Le projet s’inscrit en ce sens dans la continuité de l’étude pré-opérationnelle «Contrex XXIe siècle» menée par l’agence en 2006 et qui portait sur l’ensemble du territoire de la ville.

1/6
 
 
 

AUTRES REFERENCES